Des alternatives pour les producteurs de viande bovine

FDSEA 50 section viande bovine 2016
Section viande bovine, Saint-Lô

Section viande bovine

Les éleveurs de viande de la FDSEA de la Manche veulent avancer sur les chantiers engagés l’an dernier malgré une incertitude sur l’évolution des marchés. Ils ont fait le point en réunion de section mercredi 02 mars à Saint-Lô.

 

 


Des clignotants au rouge

«Beaucoup de clignotants sont au rouge en viande bovine, on est fortement dépendant des évolutions de la production laitière, cela ne doit pas nous empêcher d’avancer sur les démarches engagées depuis plus d’un an » souligne Olivier Philippe, Président de la section viande bovine de la FDSEA en préambule. Les responsables de la section s’inquiètent tout d’abord de la propagation de la Fièvre Catarrhale Ovine (FCO). L’épidémie pourrait concerner le département et impacter le marché du broutard dans un contexte de pénurie de vaccins. La progression des cheptels sur le plan français et européen et la reconversion d’éleveurs laitiers dans la viande interpellent également les membres de la section de la FDSEA «  Il n’est pas acceptable que les éleveurs historiques spécialisés soient pénalisés par une gestion de l’aide aux bovins allaitants(ABA) qui favorise les nouveaux entrants et qui se traduit par une explosion des demandes» estime Olivier Philippe. Le secteur de l’engraissement n’est guère plus florissant ; les cours actuels sont loin d’assurer un revenu décent aux éleveurs. La contractualisation sécurise certes les producteurs mais les négociations actuelles entre les OP et leurs acheteurs butent sur le prix.

 

Ne pas verser dans la sinistrose

« Les abattoirs redoutent une baisse de l’approvisionnement pour faire fonctionner leurs outils, il faudrait maitriser les flux afin de peser sur le marché et communiquer sur les conséquences d’une baisse drastique de la production française, on doit avoir des exigences sur le revenu  » soulignent les membres de la section. Olivier Philippe ne veut pas, malgré tout, verser dans la sinistrose : «la segmentation des viandes doit se poursuivre tout comme la déclinaison d’un approvisionnement de la restauration scolaire par de la viande française ». Il ajoute : « Nous sommes en train d’organiser une formation des chefs de rayons des distributeurs franchisés. Ils doivent être capables de communiquer sur la spécificité des races à viande ». La reconduite de l’opération « Made in viande » programmée en juin répond aux mêmes objectifs.

La section bovine de la FDSEA poursuit en outre avec INTERBEV ses travaux de mise en place d’une filière de veaux sevrés laitiers contractualisés. Les idées et la détermination des responsables est là pour redonner des perspectives aux éleveurs

M.Gaidier-FDSEA50